Google

mardi 27 octobre 2009

Que c'est il passé hier ?

Bonsoir,

Je me permet de vous contactez car j'ai vu hier en début d'après-midi sur le site d'Infoligne que "suite à des voyageurs récalcitrants", le train n° 3430 partant de Granville à 12H18 a été supprimé ! Les voyageurs pour Paris Montparnasse ont été replacé dans le train suivant. Quand à ceux des gares situées entre Granville et Dreux, ils ont été acheminé par taxi sur une partie du trajet. Par simple curiosité, j'aimerai savoir si vous savez ce qu'il c'est passé. Qu'est ce que les voyageurs récalcitrants on bien pu faire pour que décision soit prise de supprimer purement et simplement le train ? A noté que maintenant dans Infolignes ils disent que le train a été supprimé "suite à un retard dans la préparation du train..." C'est marrant ils ne disent plus la même chose... Merci d'avance pour votre réponse.

--
Cordialement,

Franck M.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,

J'ai eu l'explication : des voyageurs ont insulté le conducteur au moment ou celui-ci venait prendre son train. Ils l'ont violemment pris à parti, se plaignant des retards quotidiens. Se faisant insulté, le conducteur a donc décidé de ne pas assurer le train. Comme il n'y avait pas de conducteur de disponible, le train a été supprimé !

Usager qui déplore ces agressions a dit…

Le train est arrivé en retard à Granville suite à une panne du train en ligne.
Lorsque ce train est arrivé à quai (avec près de 45 min de retard à priori), les voyageurs présents sur le quai s'en sont pris lachement au conducteur en l'insultant, agressions verbales et autres. Face à cette situation, le conducteur à fait valoir on droit de retrait.
Je lui donne raison. Eux aussi subissent la même galère que nous. Ils doivent tout le temps gérer des incidents à répétition, donc stressant et un ras-le-bol au bout du compte.
Ce n'est tout de même pas de leur faute si les trains tombent en panne ! malgé cela, les gens du quai l'ont pris à parti. Le jour que les gens seront plus respectueux et s'en prendront aux vraies personnes responsables de la merde sur cette ligne (direction sncf notamment), alors là ça se passera mieux c'est tout.
Au vu de l'ampleur de l'altercation, je ne suis pas sûr que psychlogiquement le conducteur aurait été en mesure d'assurer la conduite d'un train (le fait de repenser à cette altercation, aux insultes,...bin ça trotte dans la tête, ce qui sans aucun doute amène à une baisse significative de la vigilance).
J'étais sur le quai au moment des faits et contrairement aux autres, je ne me suis pas énervé. Bien sûr que prendre le train d'après ne m'a pas réjoui. Malheureusement certaines ne possède pas mon calme.

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je suis journaliste à France 3 Avranches. Nous faisons un reportage aujourd’hui sur le problème qu’il y a eu hier lundi 26 octobre en gare de Granville. J’aurais aimé avoir une interview de quelqu’un de l’association. Merci de me contacter de toute urgence au 06.10.17.34.54

Merci

Stéphanie Vinot

Bueil à toute Vap'Eure a dit…

Bonjour
Peut être qu'à l'avenir, faut il s'attendre à de plus en plus de trouble similaire si le quotidien des voyageurs ne s'améliore pas plus rapidement que cela ?

Il n'est pas évident pour le commun des voyageurs (sans être péjoratif ici) d'appréhender les subtilités de presque 20 ans de jeu politico-social-financier sur fond de vision Européenne éprise de dé-régulation et d'ouverture du marché.
Orientations et décisions prises à d'autre niveau de compréhension qui finalement font que "le train" a régulièrement du retard et provoque tous les désagréments que nous subissons.

Il n'est pas évident pour le voyageur de comprendre et encore moins d'accepter tout de go, sur le quai après des 10zaines de minutes d'attente, qu'un service public qui fonctionnait (hors le classique et typique manque de rigueur dans le contrôle de gestion) en soit rendu maintenant à un niveau de désordre qui le pénalise dans sa vie de tous les jours.

C'est aussi ce qui c'est passé en début d'année à la Gare Saint Lazare quelque temps après le jour historique de fermeture, lorsqu'un un mouvement spontané de contestation a dépassé et débordé en quelques instants toutes les prévisions "sur papiers" des opérateurs.

Netcordi@lement