Google

vendredi 28 janvier 2011

Compte-rendu réunion de ce matin

Bonjour à toutes et tous !

 

Ne vous découragez pas et essayez de lire l'intégralité de ce message qui va être un peu long...

J'ai rencontré Mme Putcrabey, directrice (SNCF) de la ligne Paris-Granville ainsi que son adjoint, M. Martial Lecocq, ce matin, vendredi 28 janvier, à 8h30 dans un bureau au-dessus de la gare d'Argentan.

Cette rencontre, programmée depuis plus de 2 semaines, tombait à pic pour faire le point sur l'insatisfaction des usagers de la ligne, qui se manifeste (je l'espère) unanimement dans les trains depuis le début de la semaine. (En tout cas, dans les trains que je « mobilise », l'accueil est très favorable.)

Si cette réunion a été plutôt calme et sympathique, ce qui en ressort me laisse sceptique, voire inquiète.

Dans un premier temps, Mme Putcrabey m'a rappelé que les trains qui circulent sur la ligne Paris-Granville sont :

-         soit des Trains express régionaux (TER), conventionnés par le Conseil régional de Basse-Normandie. Il s'agit de tous les trains qui ne vont pas à Paris (numérotés 853xxx), plus les trains qui ne font qu'Argentan-Paris (numérotés 16xxx) ;

-         soit des Trains équilibre du territoire (TET) - appellation qui remplace depuis le 1er janvier 2011, celle de trains Intercités - qui ne dépendent plus de la SNCF, mais sont directement pris en charge par les services du ministère des transports. Le responsable au ministère n'est pas encore vraiment désigné et on ne sait pas encore comment on pourra communiquer et discuter avec eux… La convention avec l'Etat est signée pour 3 ans. Ensuite, il y aura « mise en concurrence » (donc, probablement, privatisation).

Mme Putcrabey m'a ensuite souligné que la ligne présente, selon un audit réalisé à la demande du Conseil régional, un déficit de 10 millions d'euros, dû à une fréquentation trop peu importante entre Argentan et Granville, et à une proportion d'abonnés trop importante entre L'Aigle et Paris qui, elle, ne rapporte pas assez (en gros, nos abonnements ne sont pas assez chers)…

 

Concernant le plan annoncé par M. Pepy pour les 12 autres lignes malades, Mme Putcrabey m'a confirmé que, si la ligne Paris-Granville ne fait pas partie de cette liste, c'est parce qu'elle fait déjà l'objet d'un plan « Réagir » depuis un an. Ce plan, qui consistait en 71 points d'amélioration (matériel, personnel, flux, communication, etc.) est, pour Mme Putcrabey, rempli, à l'exception d'un ou deux points qui ne vont pas tarder à être résolus.

Lorsque je lui signale que nous, sur le terrain au jour le jour, nous ne sentons pas d'effet d'amélioration sensible de la prestation de service de la SNCF, elle m'oppose que :

-         les problèmes (réels) sur les navettes pendant l'automne étaient dus principalement aux feuilles mortes (donc, c'est pas la faute à la SNCF…) ;

-         les problèmes de tangage de plus en plus dangereux vont être résolus par des travaux qui ont été ou vont être réalisés par le Réseau ferré de France ;

-         les grèves à la SNCF de la fin de l'année ont provoqué un arrêt de la maintenance de nos trains pendant 3 semaines, ce qui fait que des tas de problèmes n'ont pas été traités ou l'ont été avec beaucoup de retard ;

-         Mme Putcrabey m'assure que le plan Réagir a instauré plus de maintenance et plus d'entretien de prévention sur le matériel. Selon elle, hormis durant la période de neige (décembre), où les engins ont beaucoup souffert (portes gelés, moteurs surchauffés), les problèmes de matériel ont baissé de 47 % et, à ce jour, les 19 « rames » dont la ligne dispose sont en état de marche ;

-         elle me souligne également que, selon ses sources, depuis le début de l'année, aucun train de la ligne n'a été annulé (évidemment, n'entrent pas en compte les trains dont l'annulation est planifiée pour cause de travaux) ;

-         elle indique que beaucoup de retards sont dus à des causes extérieures (incivilité, obstacles sur la voie, présence d'animaux, accidents de personnes, feuilles mortes, intempéries, etc) ;

-         elle confirme également que les retards sont également et SURTOUT dus à des « conflits de circulation » à partir du moment où l'on entre en RIF (Réseau Ile-de-France). Elle me rappelle que le central de Versailles-Plaisir gère un train toutes les 2mn30 et que « tout train en retard doit laisser passer les autres ». Je lui rappelle qu'il nous arrive pourtant fréquemment de rester bloqués, au pas, derrière un train de banlieue en retard…

-         Mme Putcrabey m'informe que le Comité de pilotage de la ligne (présidé par le Préfet et composé de membres du Conseil régional, d'élus de la région, de représentants de la SNCF et du RFF) a soulevé la question de l'électrification de la ligne et de la remise en double voie de la portion Argentan-Granville, mais, de l'avis de la directrice de ligne, ce genre de travaux coûterait énormément d'argent et n'aurait pas d'effets avant très longtemps. Elle considère qu'il faut d'abord traiter les problèmes qui se posent avec l'Ile-de-France et que le RFF est en train d'étudier notre ligne de près.

-         Elle me rappelle qu'un nouveau cadencement est en cours d'étude (il sera effectif à partir de décembre 2011), afin de résoudre ou tout au moins de limiter les conflits de circulation. Le principe serait d'instaurer un rythme régulier entre les trains afin qu'ils ne se gênent plus les uns les autres. Ca a l'air assez compliqué car beaucoup d'acteurs et d'intérêts entrent en jeu…

-         Lorsque je l'interroge sur les incohérences que l'on constate sur le nombre de rames affectées (trains de 3 rames en heures creuses, d'une seule rame en heure de pointe…), elle m'explique que les allers-retours des rames sont gérés de façon à ce qu'il y ait au moins 2 rames, voire 3 sur les départs de vacances, pour les vendredis et les dimanches soirs et les lundis matins. Mais il suffit qu'il y ait un « pépin » durant la semaine (une rame défectueuse ou endommagée par un accident) et ils sont alors obligés de « sacrifier » soit un train de départ en week-end soit un train au retour… En fait, pour avoir toujours le nombre de rames satisfaisant, il faudrait 25 rames au total. Or, la ligne n'en dispose que de 19…
Toujours selon Mme Putcrabey, il ne faut pas se plaindre : plus de 95 % des trains ont un nombre de rames satisfaisant. Et elle me rappelle enfin que, pour une gestion optimale, il faudrait que notre ligne soit en réservation obligatoire (comme les TGV)…

-         Alors que je lui rappelle que les usagers des navettes (Argentan-Dreux surtout) souffrent de plus en plus souvent de l'annulation de leurs trains ou de gros retards, elle me dit qu'il n'y a pas suffisamment de voyageurs sur ces navettes et que ce n'est pas à la SNCF de remédier à ces problèmes, mais au Conseil régional. Elle m'informe d'ailleurs qu'une mesure commerciale de dédommagement a été accordée par la région en janvier-février : une remise de 40 % sur leur abonnement aux usagers du tronçon Argentan-Granville. Pour la partie Argentan-Dreux, rien ne sera fait car Dreux n'est pas en Basse-Normandie…

 

En conclusion, Mme Putcrabey me dit qu'elle va faire diffuser une note d'information sur le plan Réagir afin que nous sachions ce que la SNCF fait pour notre ligne.

Quant à la demande que je réitère pour un dédommagement (à l'image de ce que d'autres lignes ont obtenu) de 200 euros, Mme Putcrabey me dit que, dans la mesure où la composition des trains et leur régularité sont en progrès, il n'y a aucun raison que nous ayions quoi que ce soit.

Lorsque je lui demande de geler les tarifs pour l'année 2011 (les augmentations annoncées pour février ne nous concernent pas : elles ne toucheront que les TGV et quelques lignes particulières), elle me répond que les augmentations (en juin) ont lieu au niveau national et que ce n'est donc pas de son ressort, donc nous y serons soumis…

 

Voilà ! Alors maintenant, on fait quoi ?

Puisque, selon la SNCF, tout va bien sur notre ligne, notre mouvement de grève de la présentation des billets peut-il continuer ? Est-ce qu'on doit se résigner à attendre quelques semaines pour vérifier que l'amélioration clamée par Mme Putcrabey est réelle ? Ou est-ce qu'on doit faire monter la pression ?

Personnellement, je suis un peu découragée : j'ai l'impression que la SNCF est en train de se désengager de plus en plus concrètement de notre ligne : elle saupoudre des mesurettes qui amènent quelques petites améliorations, sans toutefois arriver à assurer un vrai service public de qualité, mais elle n'engagera pas de gros frais. Surtout maintenant que l'Etat a pris la main sur un certain nombre de nos trains, tout cela ressemble très fort à une préparation de la privatisation de la ligne… (A l'issue des 3 ans signés pour nos TET avec l'Etat, celui-ci lancera un appel d'offres et, d'après Mme Putcrabey, une société s'est déjà mise sur les rangs pour reprendre la ligne.)

Qu'en pensez-vous ?

 

Dernier point, dernière question : j'ai pris un peu « sous mon chapeau » d'aller au contact avec la SNCF et la région, ce qui relève de la fonction de président de l'association dont, hélas, François se retire. Mais je n'ai absolument pas été élue présidente et il est possible que d'autres personnes soient prêtes à assumer ce rôle (je n'ai pas du tout l'intention d'usurper le titre !). Il faudrait régulariser cette situation rapidement pour permettre la représentation de l'association lors des réunions qui vont avoir lieu dans les prochaines semaines… Alors, est-ce qu'on peut se voir ou est-ce qu'on organise quelque chose à partir de ce blog pour élire le nouveau bureau ?

 

Anne Roulier 

5 commentaires:

Usagers a dit…

"Pas de train annulé" peut être ormis la navette.
Mais on peut demander aux usagers du 3411, ils ne sont pas toujours arriver à bon port.
Moi je vous conseille de continuer le mouvement et de l'endurcir.
c'est trop simple de dire, c'est jamais de ma faute et c'est pas à moi qu'il faut demander.
A qui paie-t-on nos forfaits, billets ou autres?
Au démarrage, ils indiquaient aussi que ce n'était pas de leur faute aux usagers du TGV et ne voulait rien voir. Au bout de 3 semaines, ils ont changés d'avis.
Unissez-vous aux autres lignes et Continuez sinon c'est perdu dans le futur.
François

Christian Coulot a dit…

Avec la privatisation ça va pas arranger les choses au contraire (exemple : l'Angleterre)

Franck a dit…

Je suis d'accord avec François. Tout ça c'est de la poudre aux yeux pour étouffer le mouvement. Ne tombons pas dans le piège. Durcissons le mouvement.

Gauvain a dit…

je vais rejoindre votre association.
Je prends le train régulièrement depuis 6 ans toutes les semaines, une à deux fois par semaine, pour faire granville-paris. Je crois que j'ai tout vu sur cette ligne, enfin je crois !!...

J'ai surtout vu les conditions et l'état de ce moyen de transport se dégrader de façon spectaculaire. Je dis toujours que nous faisons autant de kilomètres en largeur qu'en longueur. Ces engins sont obsolètes.

A force de voir passer les controleurs, des liens se tissent, et les propos qu'ils tiennent sur le niveau de cette ligne en dit long.

Ma mère âgée ne prends plus ce train, elle souffre trop d'être secouée , je dois aller la chercher à RENNES.

...Granville c'est le FAR-WEST, dommage qu'il n'y ait pas " d"or" selon certains car nous aurions un TGV...

Dominique GAUVAIN

Elias a dit…

Mme Putcrabey me semble ne pas bien connaître la ligne...
En effet, aucun train annulé est faux puisque le 3411 du 18/01 a été supprimé à partir de Meudon. Ses sources sont donc encore moins fiable qu'infolignes?
Ensuite, rassurez-vous, aucune privatisation n'est prévue car, je cite:"Il est vrai que la situation de la ligne Paris-Granville était un peu particulière par rapport à toutes les autres lignes de France du périmètre des trains d'équilibre du territoire. En effet, il existait un accord entre le Conseil Régional de Basse Normandie et la SNCF qui garantissait son exploitation jusqu'en 2030, ce qui n'était pas le cas sur toutes les lignes."
Propos recueillis sur son blog...
Il n'y aura pas de mise en concurence avant 2030.
C'est tout ce que j'ai à dire sur cette personne qui me semble plutôt incompétente et d'on je doute de son utilité,
Bonne journée,
M Willefert