Google

lundi 19 janvier 2009

Communiqué de presse CGT

COMMUNIQUE DE PRESSE 

Le syndicat CGT des cheminots d'Argentan n'est pas surpris par la décision du Président du Conseil Régional suspendant sa subvention au titre de la convention TER afin d'obtenir des réponses de la part de la SNCF sur ses dysfonctionnements qui ont pour cause le manque de moyens humains et matériel.

Les cheminots comprennent le mécontentement légitime des usagers qui subissent au quotidien ces dysfonctionnements, retards et suppressions de train se traduisant par une perte de confiance. Certains usagers sont dans l'obligation de reprendre leur voiture en lieu et place du train afin de pouvoir préserver leur emploi ou suivre leurs études. Cette situation est inacceptable. La CGT exige qu'en dernier ressort des moyens de substitutions soient mis en œuvre dans tous les cas afin de limiter ces fâcheuses conséquences pour les usagers. 

Les cheminots subissent également ces événements, malgré leurs efforts et leurs demandes réitérées auprès de la Direction, ils ne peuvent palier à la désorganisation de l'entreprise et aux manques de moyens humains et matériels.

Quels matériels supplémentaires la SNCF va mettre en place pour faire face aux besoins des trains Corail ? Combien de Cheminots seront embauchés pour assurer un véritable service public ?

Ces disfonctionnements découlent de décisions gouvernementales, l'Etat se désengageant de l'entreprise, en reportant le financement des investissements sur les régions. C'est un abandon programmé du service public ferroviaire contrairement aux discours entendus ces derniers jours.

Comment l'Etat peut-il demandé plus à la SNCF alors que dans le même temps il diminue son financement et il prélève dans les caisses de l'entreprise 131 millions d'Euros. C'est autant en moins pour les investissements nécessaires si indispensables pour répondre aux besoins de transport des usagers.

Avant la mise en place du cadencement nous avions dénoncé l'absence de moyens supplémentaires pour assurer sa mise en œuvre, avec le risque de dégradation du service offert. Comment faire plus sans augmenter les moyens de production ?

Les faits nous donnent malheureusement raison. La CGT, bien que très favorable au cadencement, exige que l'entreprise se donne les moyens pour répondre aux besoins de transport des usagers.

La CGT revendique une autre politique ferroviaire des transports répondant véritablement aux besoins des populations.

D'autres choix sont possible, à l'heure du Grenelle de l'Environnement, cela implique que l'Etat apporte les financements nécessaires au développement du transport ferroviaire, pour l'instant rien n'est prévu. Il faut également que la SNCF sorte d'une approche libérale dans sa gestion où la culture de résultat l'emporte sur la qualité du service offert. A l'heure où il est redonné de l'argent aux banques sans aucunes contreparties pour soutenir le système financier, la SNCF propriété de la nation doit recevoir les financements nécessaires à son développement.

Les Cheminots CGT mettront tout en œuvre pour que de profonds changements s'opèrent dans la gestion de l'entreprise et ils profiteront de la journée d'action interprofessionnelle du 29 janvier pour appuyer leurs revendications

1 commentaire:

Fopapousser a dit…

On veux défendre l'usager en l'empêchant une nouvelle fois d'aller travailler